Cas pratique #1.a : douleurs au dos, suite

Bonjour,

Après la 14e séance, la sensibilité aux aiguilles reste toujours très fortes malgré l’emploi d’aiguilles cosmétiques. Les améliorations sont notables mais peu appréciées par Mme M. qui reste nonchalante.

Or certains résultats sont notables même si ce n’est pas la priorité du traitement.

Malgré les bons changements, l’engourdissement des jambes et des mains est très difficile à traiter. Cela l’est d’autant plus que le style de vie de Mme M. ne l’aide pas.

Un excès d’alcool et la cigarette, le manque d’hydratation sont d’importants facteurs qui nuisent au progrès des séances. 

Pour l’aider à aller mieux, je lui ai conseillé de faire des séances de Reiki, une méthode thérapeutique non invasive. Des changements s’opèrent depuis ces séances aussi. Mais pas suffisamment pour mieux supporter les aiguilles.

Après la 20e séance, j’ai décidé que j’avais atteint un palier et que sans les changements d’attitudes vis-à-vis d’elle-même, mes séances ne l’aideront pas plus.

C’est vraiment difficile pour moi de laisser une personne sans traitement malgré des bienfaits rapides de mes soins. Néanmoins, chacun doit faire sa part dans sa propre guérison.

En tant que thérapeute et spécialement en acupuncture, mon travail est de signaler un blocage au corps physique pour que celui-ci s’active et remette les choses en ordre au niveau physique, émotionnel et spirituel.

Ma part est donc de « pousser le bouton » vers l’auto-guérison du patient.

Parfois, une personne peut avoir des croyances limitantes sur sa santé. Pour se libérer de ce genre de schéma, il faut initier un vrai travail de réflexion et de motivation sur soi-même et par soi-même, spécialement quand il s’agit d’une maladie ancienne et invalidante.  Des personnes très compétentes peuvent vous accompagner sur ces chemins, en l’occurrence, ce n’est pas mon domaine de prédilection.

Entre ma première visite et les constations jusqu’à la 20e visite, on peut noter une meilleure humeur, un meilleur sommeil, une meilleure vitalité, la fin des problèmes gastriques, un esprit plus éveillé, des sourires et des rires, une douleur lombaire à l’effort qui dure environ 45 min., le niveau de douleur est supportable.

Dans la mesure où la patiente arrive difficilement à évaluer ses progrès, cela reste frustrant pour mon travail.

Pour l’heure, mes soins sont interrompus. Cela permettra d’évaluer si mes traitements se maintiennent sur une certaine durée et cela leur donnera du temps pour trouver un thérapeute avec une technique moins douloureuse sans doute et qui je l’espère sera aussi efficace.

Si Mme M. décidait de reprendre mes séances d’acupuncture, je ne le ferait seulement à raison d’une séance par jour pendant 5 jours au moins. Cette intensité devrait permettre de passer ce palier. Mais aura-t-elle le courage ? Et moi ?

 

L’article initial : https://acupuncturedomicilegeneve.wordpress.com/2017/02/24/cas-pratique-1-douleurs-dos/ 

 

 

 

Une réflexion sur “Cas pratique #1.a : douleurs au dos, suite

  1. Ping : cas pratique #1: douleurs au dos – Acupuncture à domicile / au cabinet sur Genève, rive droite

Les commentaires sont fermés.